De nombreux acteurs de la MSPU ont, parallèlement à leur activité de soins, une activité de recherche.
Tous les médecins généralistes encadrent ou ont encadré des thèses de médecine générale et/ou ont participé à des études portant sur le soin de premier recours.
L’ensemble des publications auxquelles les membres de la MSPU ont apporté leur contribution peut-être consultée ici.
Quatre thématiques de recherche sont privilégiées : la santé mentale, la surmédicalisation, l’organisation des soins et la pédagogie

Parmi les professionnels les plus impliqués dans la recherche, vous trouverez :

Dr Louise DEVILLERS

  • Doctorante au sein de l’équipe S-PRI, équipe INSERM du CESP
  • Membre de l’équipe pédagogique formant les internes de médecine générale à la recherche au sein du département de médecine générale de l’UFR Simone Veil – Santé

Dr Mathilde FRANÇOIS

  • Chercheur au sein de l’équipe S-PRI, équipe INSERM du CESP
  • Responsable de parcours « Organisation et systèmes de santé » du master 2 de santé publique de l’Université Paris-Saclay
  • Responsable de l’antenne Ile-de-France du Réseau Sentinelles
  • Responsable de la recherche au sein du département de médecine générale de l’UFR Simone Veil – Santé
  • Membre du conseil scientifique de l’UFR santé Simone Veil
  • Membre du conseil scientifique du Collège National des Généralistes Enseignants

Dr Frédéric URBAIN

  • Responsable des thèses de médecine générale au sein du département de médecine générale de l’UFR Simone Veil – Santé
  • Membre de l’équipe pédagogique formant les internes de médecine générale à la recherche au sein du département de médecine générale de l’UFR Simone Veil – Santé

Deux équipes Inserm sont partenaires de la MSPU :

  • le CESP (Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations) via l’équipe S-PRI (soins primaires et prévention). Il s’agit de la première équipe Inserm en France axée sur les soins de premier recours.
  • l’IPLESP (Institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique) via le Réseau Sentinelles

Plusieurs études sont actuellement en cours à la MSPU.

L’étude Coverage

Il s’agit d’un essai clinique national visant à trouver des traitements efficaces contre la Covid-19 à sa phase initiale.
Cette étude concerne les personnes de plus de 50 ans, testées positives pour la Covid-19 et présentant des symptômes depuis moins de 7 jours.
Les médicaments inclus dans Coverage sont des médicaments déjà connus et utilisés dans d’autres maladies, dont on pense qu’ils pourraient avoir une efficacité sur le virus SARS-CoV-2 grâce à leurs différents principes d’actions. L’étude de ces médicaments est indispensable pour confirmer ou infirmer ces hypothèses et permettra une avancée majeure dans les connaissances sur la maladie Covid-19.
L’inclusion dans l’étude vous sera proposée en consultation par votre médecin traitant, si vous correspondez aux critères d’inclusions. Pour plus d’informations, nous vous invitons à vous rendre sur le site internet de l’étude Coverage.

Professionnel(s) les plus impliqué(s) dans cette étude : Dr Frédéric Urbain, Dr Mathilde François

L’étude Covacpreg

Il s’agit d’une étude nationale visant à consolider les données sur les vaccins contre la Covid-19 et leurs éventuels effets indésirables chez les femmes enceintes.
La vaccination des femmes enceintes, à partir du 2e trimestre de la grossesse, par les vaccins à ARNm (Cominarty [Pfizer/BioNtech] et Moderna) est recommandée depuis le 3 avril 2021, en particulier si elles présentent une pathologie ou si elles sont susceptibles d’être en contact dans leur activité professionnelle avec des personnes atteintes de la COVID-19. En effet, les études réalisées à ce jour n’ont pas montré de conséquences de ces vaccins sur le déroulement de la grossesse.
Toute les femmes âgées de plus de 18 ans enceintes au moment de la vaccination (1ère comme 2e dose) quel que soit le stade de leur grossesse peuvent s’inscrire pour participer à l’étude. Les femmes qui découvriraient a posteriori être enceinte au moment de la vaccination peuvent également demander à être incluses. La participation à cette étude ne modifiera en rien le suivi médical de la grossesse. Il s’agira simplement de répondre à un total de 2 à 4 questionnaires en fonction du stade de la grossesse au moment de la vaccination.
Il est possible de s’inscrire en ligne, en cliquant directement sur ce lien. Pour davantage d’informations, nous vous invitons à consulter cette fiche d’information.

Professionnel(s) les plus impliqué(s) dans cette étude : Mme Elodie Prot

L’étude MyPeBS

Il s’agit d’une étude internationale ayant pour but de comparer une stratégie de dépistage personnalisée du cancer du sein en fonction du risque individuel (basée sur le risque de chaque femme de développer un cancer du sein dans les années à venir), versus le dépistage standard en vigueur.
Le vécu personnel des femmes étant au coeur de l’étude, MyPeBS cherchera à déterminer si une approche personnalisée est au moins autant, voire plus acceptable que le dépistage standard, en accordant une attention particulière aux inquiétudes que la connaissance de leur risque individuel de cancer du sein pourrait générer chez les participantes. Le projet évaluera également si les coûts occasionnés par une stratégie personnalisée sont justifiés au regard des résultats cliniques obtenus.
Si vous souhaitez participer à cette étude, nous vous invitons à vous rendre sur cette page, ou bien à en parler avec votre médecin.

Professionnel(s) les plus impliqué(s) dans cette étude : Dr Mathilde François

L’étude écout’émoi

Il s’agit d’une expérimentation ayant pour but de mieux repérer les jeunes présentant des signes de souffrance psychique et de leur proposer une prise en charge adaptée et facilitée. Le dispositif prévoit une consultation médicale d’évaluation suivie, en cas de mal-être ou de souffrance psychique repérée par le médecin évaluateur, de la prescription de 12 consultations psychologiques en libéral, sans reste à charge pour le patient. En cas de situation plus complexe, le jeune est adressé par le médecin évaluateur vers les Maisons des Adolescents, les psychiatres ou, si nécessaire, les urgences.
Les conditions pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, encore en cours d’évaluation, sont les suivantes :

  • Être âgé de 11 à 21 ans
  • Résider ou être scolarisé dans l’une des six villes expérimentatrices (Trappes, Les Mureaux, Garges-lès-Gonesse, Villiers-le-Bel, Sarcelles, Goussainville)
  • Ne pas déjà bénéficier d’un suivi

Si vous pensez relever de ce dispositif, nous vous invitons à en parler à votre médecin ou bien à vous orientez vers la maison des adolescents correspondant à votre lieu d’habitation ou de scolarisation. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les fiches suivantes, destinées aux jeunes ou aux parents.

Professionnel(s) les plus impliqué(s) dans cette étude : Dr Frédéric Urbain